Vivian Sautou (4/4)- Les attaques de requins à la Réunion, où en est la situation actuellement?- Les Rendez-Vous de l'Eau - EAU: Séance iLive!

           

Lire cet article pour un autre point de vue sur le sujet: http://outremerlemag.fr/index.php/societe/780-le-requin-a-tue-certes-mais-dites-la-verite-aux-reunionnais

L'extrait ci-desous est extrait du site http://www.surfingfrance.com

4 - LA POSITION DES SCIENTIFIQUES
« Il y a un déséquilibre de l’écosystème marin »
Les spécialistes des requins à La Réunion ont reconnu le 13 mai dernier qu’il y a « un déséquilibre, une densité anormale (de requins), une agressivité, une côte ouest infestée, des spécimens de taille importante. » Au début, ceux-ci étaient très mesurés, pour ne pas dire contre l’avis des usagers de la mer. Lesquels affirmaient la forte présence de requins aux abords du littoral de la côte ouest. 
Aujourd’hui, les scientifiques ont changé d’avis et ont commencé à prendre en compte et à intégrer les avis des usagers de l'océan. 
Les résultats préliminaires du programme CHARC (Connaissances de l'écologie et de l'HAbitat de deux espèces de Requins Côtiers sur la côte Ouest de la Réunion) qu’ils ont remis à la Préfecture, feraient état d’un « déséquilibre de l’écosystème marin au large de la Côte Ouest », ce qui pourrait conduire à une régulation raisonnée de la population des requins dans la zone. 
Installé à La Réunion depuis 1988, Philippe Mespoulhé est docteur en biologie marine et créateur de l'association Carcharodon : « Aucune étude scientifique ni aucun prélèvement n'empêchera les attaques. Je pense néanmoins que certains spécimens identifiés et sédentarisés de plus de 3 mètres, qui représentent une menace évidente pour les usagers, devraient être prélevés. Au nom de la survie des océans, il faut certes accepter la présence des requins – qui ne sont ni cruels ni sanguinaires – pour conserver l'équilibre général du milieu. Mais une réflexion s'impose : la régulation d'une population d'animaux qui pose problème doit rester envisageable. »
Bernard Séret, chercheur à l’IRD, déclarait voici peu que «  la réserve n’est pas la cause des attaques ». Le scientifique a confessé suite à l’attaque du 8 mai : « On ne peut pas avoir un parc d’attractions aquatiques et une réserve au même endroit. Il faudra faire un choix. »

Lire l'article dans son intégralité : http://www.surfingfrance.com/disciplines/surf/requins-ce-qu-il-se-passe-vraiment-a-la-reunion.html